Daech aurait été chassé de la moitié de Raqqa

27 juillet 2017

RAQQA, Syrie - Les forces syriennes appuyées par les États-Unis ont chassé Daech (le groupe armé État islamique) de près de la moitié de la ville de Raqqa, mais les opérations pour capturer le nord de la ville sont ralenties par les explosifs cachés par les djihadistes et par leurs contre-attaques, ont expliqué jeudi une porte-parole des combattants et un groupe militant.

Raqqa, dans le nord de la Syrie, était la capitale de fait du califat autoproclamé par Daech. Sa chute serait lourde de conséquences pour les djihadistes, qui plus tôt ce mois-ci ont été évincés de la ville irakienne de Mossoul.

L’assaut contre Raqqa par les Forces démocratiques syriennes (FDS), une coalition commandée par des Kurdes, a débuté le 6 juin, avec l’appui des frappes aériennes de la coalition américaine. Des militaires américains conseillent aussi les combattants sur le terrain.

Les FDS ont depuis réalisé des progrès réguliers dans l’est et l’ouest de Raqqa, atteignant la vieille portion de la ville.

La porte-parole kurde Nazreen Abdullah a expliqué que la progression est maintenant ralentie par les bombes cachées par les djihadistes, par les attaques des kamikazes et par les boucliers humains derrière lesquels se cachent les islamistes. Elle a dit que les FDS contrôlent maintenant 45 pour cent de Raqqa et huit quartiers en entier.

Un porte-parole des FDS, Mustafa Bali, a ajouté que la ville est truffée de tunnels que les djihadistes utilisent pour se cacher et pour se déplacer secrètement.

L’Observatoire syrien des droits de la personne, à Londres, a lui aussi confirmé que les FDS contrôlent la moitié de Raqqa. Il a dit que 29 personnes, dont huit enfants, ont été tuées par les frappes aériennes mercredi. Un autre groupe fait état de 36 morts et 50 blessés lors des frappes aériennes et des bombardements.

(The Associated Press)