L'ONU déplore plus de 250 morts, dont 62 enfants, au Congo

4 aout 2017

GENÈVE, Suisse - Plus de 250 personnes, dont 62 enfants, ont été tuées en trois mois en République démocratique du Congo, prévient un nouveau rapport des Nations unies qui met en garde contre un éventuel « nettoyage ethnique de plus grande ampleur ».

Des enquêteurs onusiens ont rencontré en juin une centaine de personnes qui avaient fui les trois provinces congolaises du Kasaï pour trouver refuge en Angola. Leur rapport dénonce la violence d’une nouvelle milice, Bana Mura, qui est appuyée par les forces de sécurité congolaises.

Le chef des droits de la personne à l’ONU, le prince jordanien Zeid Ra’ad al-Hussein, a demandé au gouvernement du Congo « d’agir maintenant pour empêcher une telle violence de se transformer en nettoyage ethnique de plus grande ampleur ».

Son bureau a demandé aux miliciens de déposer les armes. Il a aussi publié des photos de survivants portant de longues cicatrices, voire carrément amputés. M. al-Hussein a décrit des témoignages qui font état des « hurlements des gens brûlés vifs » et d’autres qui ont été « massacrés ».

Les réfugiés ont indiqué que les forces de sécurité et d’autres responsables ont activement fomenté, alimenté et parfois mené des attaques sur la base de l’origine ethnique, affirme l’ONU par voie de communiqué.

La violence dans la région du Kasaï, aux mains de la milice Kamwina Nsapu, a éclaté en août dernier, quand un chef tribal traditionnel qui défiait le président Joseph Kabila a été tué.

(The Associated Press)