Dépotoir nucléaire: la ministre McKenna s'en remet à l'évaluation environnementale

21 aout 2017

OTTAWA (Presse canadienne)- Il est important de protéger la rivière des Outaouais, a affirmé lundi la ministre de l’Environnement et du Changement climatique, Catherine McKenna, qui refuse toutefois de se prononcer sur le bien-fondé du projet de dépotoir nucléaire de Chalk River.

La ministre s’en remet au processus d’évaluation environnementale mené par la Commission canadienne de sûreté nucléaire. Elle a tenu ces propos en marge d’une conférence de presse, lundi, pour annoncer la désignation de la rivière des Outaouais comme lieu historique par le gouvernement du Québec. Cette désignation historique est perçue comme un outil supplémentaire par les Sentinelles de la rivière des Outaouais, un organisme écologiste qui craint une contamination radioactive des eaux.

Les Laboratoires nucléaires canadiens veulent aménager ce qu’ils nomment une installation de gestion des déchets près de la surface qui recevrait les déchets radioactifs des Laboratoires de Chalk River, situés près de 200 kilomètres à l’ouest d’Ottawa et Gatineau.

Ce dépotoir serait situé en Ontario, à un kilomètre de la rivière des Outaouais. Il pourrait accueillir environ un million de mètres cubes de déchets radioactifs de faible et de moyenne intensité jusqu’en 2070.

(Crédit photo: Corbis)