L'Église irlandaise s'intéresse aux enfants des prêtres

22 aout 2017

VATICAN (Presse Canadienne)- Les évêques irlandais ont décidé de s’attaquer à une question sur laquelle l’Église catholique essaie de fermer les yeux depuis plusieurs siècles: le sort des enfants dont le père est un prêtre et le sort de leur mère.

La politique adoptée en mai n’a été rendue publique que tout récemment. Elle stipule que le bien-être des enfants passe avant tout et précise que la mère doit être respectée et faire partie de toutes les décisions.

Le document explique que le prêtre « doit prendre ses responsabilités _ personnelles, morales, juridiques et financières ». Ce serait la toute première fois qu’une conférence d’évêques se prononce publiquement sur la question.

En 2010, avant qu’il ne devienne le pape François, le cardinal Jorge Mario Bergoglio avait écrit que les obligations du prêtre envers son enfant étaient plus grandes que son droit d’être prêtre. Conséquemment, avait écrit le cardinal, le prêtre devrait renoncer à son ministère pour s’occuper de l’enfant, même s’il choisit de ne pas marier la mère.

Plus récemment, en 2016, le pape François a dit que les enfants ne devraient jamais être punis pour les péchés de leurs parents. Sans évoquer spécifiquement les enfants de prêtres, il a écrit que « si un enfant arrive au monde de manière imprévue, les parents et les autres membres de sa famille doivent faire tout en leur pouvoir pour accepter que cet enfant est un cadeau de Dieu et prendre la responsabilité de l’accueillir avec ouverture et affection ».

Aucune donnée n’est disponible concernant le nombre d’enfants dont le père serait un prêtre catholique.

(Crédit photo: Talita Nicolielo/Shutterstock)