Des enregistrements téléphoniques de la mère d'Amanda Lindhout avec un ravisseur

11 octobre 2017

OTTAWA - La mère d’Amanda Lindhout, une journaliste canadienne retenue en otage en Somalie pendant plus d’un an, a demandé aux ravisseurs somaliens de sa fille de réduire leur demande de rançon de 2 millions $, faisant valoir que sa famille n’était pas riche et avait peu d’argent à offrir.

Dans une série de conversations téléphoniques tendues présentées mercredi au procès d’Ali Omar Ader devant un tribunal d’Ottawa, on peut entendre Lorinda Stewart dire au présumé ravisseur qu’elle veut simplement revoir sa fille.

Amanda Lindhout, de Red Deer, en Alberta, travaillait comme journaliste indépendante lorsque le photographe australien Nigel Brennan et elle-même ont été enlevés près de Mogadiscio en août 2008. Tous deux ont été libérés en novembre 2009.

Ali Omar Ader, un Somalien âgé de 40 ans, a plaidé non coupable à une accusation criminelle de prise d’otage pour son rôle allégué dans cette affaire.

Durant un appel téléphonique en août 2009, Mme Stewart fait valoir à Ali Omar Ader que si Mme Lindhout et M. Brennan sont tués, leurs ravisseurs ne recevront aucune somme d’argent.

Ali Omar Ader affirme de son côté que les ravisseurs n’accepteront rien de moins que 2 millions $, et certainement pas les 319 000 $ offerts à ce moment pour la libération du duo.

(La Presse canadienne)