Une méga caisse de 1,5 milliard de dollars

16 octobre 2017

Les douze caisses populaires souhaitent réaliser une alliance afin d’optimiser les services et les rendements des institutions.

À la suite d’un vote unanime des membres de tous les conseils d’administration, les caisses populaires du réseau de l’Alliance proposent à leurs membres le projet de regroupement.

Au cours des prochaines semaines, les membres seront invités à une rencontre publique et à une assemblée générale extraordinaire dans chacune des 12 caisses. La nouvelle entité se nommerait la Caisse populaire Alliance. On parle des caisses d’Alban, Bonfeld, Hearst, Kapuskasing, Mattawa, Mattice, Noëlville, North Bay, St. Charles, Sturgeon Falls, Timmins et Verner. Pour que l’alliance fonctionne, le cumulatif de 1 milliard d’actif devra être atteint. « Je ne vois vraiment pas pourquoi une caisse dirait non », affirme Pierre Richard, directeur général de la Caisse populaire de Hearst. « Il y a beaucoup trop d’avantages à s’unifier et si une caisse refuse, elle devra se trouver une autre affiliation. »

C’est en s’inspirant de projets similaires que tous les conseils d’administration ont été convaincus. Ils ont fait par la suite confiance à des experts-conseils et une étude complète sera menée pour évaluer les intérêts, le réalisme et les bénéfices d’un tel projet pour nos caisses. « Pour conserver notre positionnement comme coopérative financière de choix, le projet de caisse unique est essentiel. En juillet 2017, tous les dirigeants des 12 conseils d’administration ont voté, à l’unanimité, en faveur de ce regroupement », indique un communiqué de presse.

Les 12 caisses représentent près de 50 000 membres particuliers et entreprises. Ce virage permettrait à la nouvelle entité de garder la personnalité locale de tous les points de services sur son territoire. La première question que les actuels directeurs, toutes les caisses confondues, se font poser est à propos des ristournes et des commandites. « Je tiens à rassurer tout le monde, les ristournes ne seront pas plus basses. Au contraire, avec les économies d’échelle, elles ne devraient qu’être plus hautes, même chose pour les projets communautaires », ajoute M. Richard.

Le projet de caisse unique devrait améliorer sa position concurrentielle dans le marché d’aujourd’hui. « L’étude démontre qu’un regroupement constitue la suite logique pour notre réseau et qu’il s’agit d’une initiative qui a été réfléchie. En perpétuelle recherche d’approches innovantes, les dirigeants jugent favorable d’unir nos forces pour construire un avenir durable et prospère tout en demeurant fidèles à nos visions, missions et valeurs », tient à préciser le président du conseil d’administration de l’Alliance, M. Phillippe Boissonneault. « L’Alliance assure que la caisse unique sera plus concurrentielle, plus agile et plus performante tout en demeurant bien présente dans nos communautés. Sur le plan économique, on anticipe des opportunités de croissance très intéressantes et les économies issues de ce projet seront réinjectées dans nos communautés », conclut-il.

Advenant l’adoption du projet, la transition sera progressive, à tel point que les effets du regroupement se feront subtilement sentir par les sociétaires. Chacune des communautés servies aura une voix au futur conseil d’administration pour ainsi assurer une équité et une représentativité de celles-ci. Des conseils locaux joueront également un rôle primordial en ce sens. « C’est important que l’engagement communautaire reste sous la responsabilité locale avec un appui central au besoin », ajoute M. Dorval.

Le réseau compte actuellement près de 300 employés et on ne prévoit pas de suppression de poste, bien au contraire. « Bien que certaines responsabilités individuelles pourraient évoluer en fonction de nos orientations, aucune perte d’emploi ni fermeture de points de services n’est envisagée au terme du regroupement. Au contraire, on anticipe d’avantageuses opportunités tant pour nos employés que pour nos membres », souligne M. Dorval.

Par Steve Mc Innis