Déclaration de la première ministre

17 octobre 2017

La première ministre Premier Kathleen Wynne a fait la déclaration publique suivante sur l’ALENA, le secteur automobile et le secteur manufacturier de l’Ontario :

« Aujourd’hui, j’ai eu la chance de visiter Weber Manufacturing Technologies, l’une des centaines d’entreprises ontariennes qui jouent un rôle intégral dans la chaîne d’approvisionnement de l’industrie nord-américaine de l’automobile. Ce secteur est d’une importance cruciale pour l’économie de l’Ontario. À l’usine de Weber à Midland, 220 Ontariennes et Ontariens hautement compétents fabriquent des composantes et des moules de précision pour des constructeurs des secteurs de l’automobile et de l’aérospatiale établis partout au Canada, aux États-Unis et au Mexique. Ma visite d’aujourd’hui m’a permis de constater de nouveau cette réalité.

La visite de Weber m’a également rappelé une fois de plus que l’avenir du secteur nord-américain tout entier dépend du libre-échange et de l’ouverture des frontières. Les voitures et camions que nous construisons ensemble avec nos partenaires aux États-Unis et au Mexique sont à la fine pointe de la technologie. Du point de vue des coûts, ils sont compétitifs par rapport aux importations d’outre-mer. Le résultat de notre chaîne d’approvisionnement intégrée est une industrie nord-américaine de l’automobile qui construit des véhicules pour le monde entier et crée des millions de bons emplois pour la main-d’œuvre nord-américaine. Nous ne devons tenir rien de tout cela pour acquis.

Le secteur automobile de notre continent a déjà fait l’objet de menaces, par les chocs pétroliers des années soixante-dix, par les importantes importations d’outre-mer dans les années quatre-vingt et par la grande récession des années 2000. À la suite de chacune de ces menaces, nous avons travaillé ensemble à approfondir notre intégration et à mettre en place une industrie rentable et axée sur la croissance. De nos jours, le secteur de l’automobile en Amérique du Nord fait encore l’objet de menaces. Les dangers qui nous attendent sont les propositions protectionnistes et anticommerciales de l’administration américaine.

Les propositions américaines exigeant un contenu américain de 50 % et un contenu nord-américain de 85 % ont été unanimement dénoncées par l’industrie, les travailleurs, les experts en économie tant par les gouvernements canadien que mexicain. En bref, l’industrie ne peut tolérer de telles mesures extrêmes et punitives qui ne respectent en rien la réalité économique d’un secteur automobile continental intégré qui fonctionne dans une économie mondiale férocement concurrentielle.

Dans le but de prémunir les travailleurs du secteur automobile de l’Ontario qui font face à cette incertitude et de défendre notre rôle dans l’édification d’un secteur automobile nord-américain concurrentiel à l’échelle internationale, j’ai intensifié mon engagement auprès des leaders politiques américains. J’ai défendu nos intérêts au sud de la frontière et fait la preuve que le libre échange et une chaîne d’approvisionnement intégré aident à créer plus d’emplois et de croissance des deux côtés de la frontière.

Mon travail pour défendre les intérêts de l’Ontario se poursuivra tout au long de la fin de semaine alors que le gouverneur Snyder du Michigan et moi serons tous les deux hôtes du sommet à l’occasion de la Conférence des gouverneurs à Détroit. Ce sommet sera une autre grande occasion de renforcer nos partenariats au niveau des États et des provinces, de telle sorte que nous puissions défendre les intérêts de nos travailleurs au cours des actuelles négociations commerciales. À cette fin, je vais tenter de convoquer une autre table ronde sur le secteur automobile. Ces tables rondes sont l’occasion d’entendre les commentaires des dirigeants de l’industrie à propos de nouveaux développements concernant les négociations de l’ALENA et pour veiller à ce que leurs préoccupations soient entendues à toutes les occasions. »