Le RCCFC se réunit à Charlottetown

26 octobre 2017

Jacinthe Laforest (La Voix acadienne)

Le Réseau des cégeps et collèges francophones du Canada (RCCFC) a tenu à Charlottetown sa 23e rencontre annuelle, les 12 et 13 octobre derniers. La présidente sortante, Brigitte Bourdages, a expliqué en entrevue que le Réseau avait pour mandat d’appuyer les quelque 50 cégeps (au Québec) et collèges francophones ailleurs au Canada ainsi que quelques facultés universitaires qui sont membres de l’organisme.

« Notre réseau facilite le transfert d’expertise entre les institutions, le développement de programmes pédagogiques et le partage de meilleures pratiques pour ne pas avoir constamment à réinventer la roue », a insisté celle qui est aussi directrice générale du cégep de Drummondville au Québec.

Francopresse

Le réseau se distingue de plusieurs organismes francophones qui évoluent en milieu minoritaire, en cela qu’il compte des institutions québécoises. On pourrait penser que les échanges d’expertise sont la plupart du temps orientés du Québec vers les autres collèges canadiens, mais selon la présidente, tous les membres du Réseau y trouvent leur compte.

« Nous au Québec, avons nos forces, mais je peux vous assurer que nos institutions tirent profit de leur appartenance à notre réseau. Un exemple concret de cela est que, au Québec, nous n’avions pas de programme de technicien en pharmacie. Lorsque nous avons voulu en développer un, nous avons été très contents de constater que nous pouvions nous baser sur un programme développé en français en Ontario. Un autre exemple est l’expertise que les collèges communautaires francophones au Canada ont développé en enseignement à distance, alors que nous au Québec, sommes encore débutants dans ce domaine », a raconté la présidente.

La rencontre annuelle du Réseau avait lieu à Charlottetown, et l’hôte officiel en était le Collège de l’Île. Donald DesRoches, le président de l’institution, confirme la pertinence de ce réseau. « Le RCCFC a beaucoup facilité le développement de notre programme d’enseignement en petite enfance, en nous permettant de travailler avec le Cégep de Saint-Félicien au Québec », a-t-il cité en exemple.

Les collèges francophones en situation minoritaire sont des maîtres dans l’art d’inventer et d’innover pour rester à jour. Mais, comme dit Donald DesRoches, « on ne peut pas tout faire en même temps, tout le temps. Nous devons continuellement revoir et renouveler nos méthodes d’enseignement et nous adapter. Dans notre domaine, si on n’avance pas, on recule. On ne peut pas rester statique. Le Réseau nous aide à développer des ressources pédagogiques qui sont alors utilisées par plusieurs collèges », a-t-il insisté.

Afin d’assurer le développement de ressources pédagogiques, le RCCFC a mis sur pied, en 2007, le Consortium national de développement des ressources pédagogiques en français au collégial. Ce Consortium étant financé par Patrimoine canadien, les dirigeants du RCCFC ont profité de leur présence à Charlottetown pour rencontrer le député Sean Casey, qui est le Secrétaire parlementaire de Patrimoine canadien et lui exposer les succès du consortium, notamment, en matière de techno pédagogie.

Le RCCFC compte des membres dans tout le Canada. Le Collège communautaire du Nouveau-Brunswick (CCNB) était très bien représenté au congrès annuel. La vice-présidente à la Formation et la réussite étudiante de l’institution, Brigitte Arsenault, soutient que le RCCFC facilite la collaboration et la création de partenariats entre les institutions.

D’ailleurs, le CCNB a des partenaires dans plusieurs provinces, en plus de ses cinq campus au Nouveau-Brunswick. « Le RCCFC est pour nous un moyen de renforcer l’accessibilité à l’enseignement postsecondaire en français », a indiqué Brigitte Arsenault.

En Alberta, Dolorèse Nolette dirige le Centre collégial de l’Alberta, créé en 2010. « Nous sommes membres du RCCFC depuis notre création et c’est pour nous une source de rencontres avec nos homologues, d’échange d’expertise et de défis et l’occasion de créer des collaborations », a indiqué la directrice de l’institution qui est associée à la Faculté Saint-Jean, une filiale de l’Université de l’Alberta. La prochaine rencontre annuelle du RCCFC aura lieu en Ontario.