1 200 lits pour les hôpitaux de la province, 0 pour Hearst et Kapuskasing

6 novembre 2017

L’Hôpital Notre-Dame de Hearst et l’Hôpital Sensenbrenner à Kapuskasing ne recevront aucun des 1 200 lits supplémentaires que l’Ontario distribuera aux hôpitaux de la province en préparation à l’augmentation de la demande liée à la saison de la grippe.

L’Hôpital de Timmins et du District, l’Hôpital de Sault-Sainte-Marie et le Centre régional de Santé de North Bay en recevront chacun huit, tandis que l’Hôpital régional de Sudbury en recevra 16.

C’est le Réseau local d’intégration des services de santé (RLISS) du Nord-Est qui s’occupe de répartir les lits dans la région. Le RLISS du Nord-Est a 31 lits supplémentaires, qui seront attribués en fonction des besoins.

Les RLISS devaient suivre des critères émis par le ministère de la Santé et des Soins de longue durée et l’Association des hôpitaux de l’Ontario, explique Marc Demers, directeur du secteur des hôpitaux du RLISS du Nord-Est.

Celui-ci souligne cependant que les petits hôpitaux bénéficieront aussi des lits supplémentaires dans les plus grands centres puisqu’on y transfère les patients en état plus critique.

La directrice générale de l’Hôpital Notre-Dame, Lynda Morin, dit être contente de la nouvelle et qu’elle espère que les lits supplémentaires faciliteront les transferts qui sont parfois retardés à cause du manque de lits à Timmins.

L’Hôpital Notre-Dame compte un total de 44 lits, dont 21 au 2e plancher (pour les malades chroniques) et 23 au 3e plancher (pour les soins aigus).

M. Demers dit aussi qu’il est plus efficace de donner cinq à sept lits à un hôpital que d’en accorder deux ou trois à plusieurs hôpitaux, puisque cela crée un quart de travail pour un infirmier de plus.

En plus de ces 40 lits supplémentaires, le R L I S S du Nord-Est recevra 31 autres lits qui n’ont pas encore été attribués, mais qui le seront en fonction des besoins.

M. Demers dit que ces lits supplémentaires non attribués iront probablement aux hôpitaux dans les grands centres, et non à l’hôpital de Hearst ou de Kapuskasing.

« Notre gouvernement prend des mesures pour s’assurer que les gens de tout l’Ontario ont accès aux soins dont ils ont besoin, au moment et à l’endroit où ils en ont besoin », dit Eric Hoskins, ministre de la Santé et des Soins de longue durée, par voie de communiqué.

« En investissant dans les hôpitaux, les soins communautaires et les soins à domicile, nous réduisons les temps d’attente et nous améliorons l’accès aux services de soins de santé dans l’ensemble du continuum de soins de notre système de santé. »

Le cout des lits supplémentaires s’élève à 100 millions de dollars.

Le Centre régional des sciences de la santé de Thunder Bay, situé dans le RLISS du Nord-Ouest, en recevra douze.

Le gouvernement a aussi investi 40 millions de dollars dans 600 places pour les soins transitoires à court terme, dont quatre à Horizon Santé-Nord à Sudbury, et 200 places pour des logements avec services de soutien pour personnes âgées.

« L’Association des hôpitaux de l’Ontario apprécie le leadership dont le gouvernement a fait preuve en agissant rapidement pour débloquer cet indispensable plan de renforcement en période de pointe », dit Anthony Dale, président-directeur général de l’Association des hôpitaux de l’Ontario.

« Ces investissements amélioreront la capacité du système de santé de servir les patients cet hiver, en particulier pendant la saison de la grippe. Compte tenu des pressions extraordinaires que subit le système de soins de santé de l’Ontario, il est impératif que les hôpitaux, les fournisseurs de services à domicile et dans la communauté ainsi que le gouvernement travaillent ensemble et fassent tout ce qui est possible pour s’assurer que les Ontariens ont un accès approprié aux services de santé. »

Par Francis Siebert