À Hearst, la poule sera venue bien avant l’œuf.

Le conseil municipal est revenu sur sa décision d’octobre 2017 autorisant les citoyens à garder des poules dans leur cour arrière lors de sa réunion du mardi 24 avril 2018. Celui-ci a voté à 4 contre 2 pour interdire aux citoyens de garder des poules dans les limites de la ville.

Ce sont les conseillers Daniel Lemaire, Raymond Vermette, Gérard Proulx et Conrad Morin qui ont voté contre.

Les conseillers André Rhéaume et Claude Gagnon étaient en faveur.

« C’est plus compliqué qu’on le pensait », a dit M. Morin, lors de la rencontre.

L’avis de motion d’octobre 2017 suggérait d’établir des règlements semblables à ceux des villes de Mattawa, à l’est de North Bay, et Vancouver. Les conseillers Morin et Lemaire avaient voté contre cet avis de motion. Le conseiller Proulx était absent.

L’un des enjeux, écrit Janine Lecours, greffière, dans une note de service, concerne les dimensions des cours arrière.

À Mattawa, la municipalité limite l’autorisation de garder des poules aux lots de dimensions de 60 par 160 pieds, mais à Hearst, les terrains des maisons neuves, à l’ouest de la 15e Rue, ne seraient pas conformes.

Une autre question que la municipalité se posait touchait les propriétés multirésidentielles.

« On a plusieurs blocs d’appartements en ville », a dit M. Vermette. « Si un bloc d’appartements a 12 appartements et tout le monde veut avoir des poules, tu vas être pris avec 12 poulaillers. Tu vas être pris avec 48 poules et plus de place pour parker tes chars. »

D’autres questions que la Ville se posait :

• Y aurait-il un cout d’enregistrement?

• Y aurait-il des inspections initiales ou seulement sur base de plaintes?

• Érection dans la cour arrière seulement, mais à quelle distance des lignes de propriété?

• Ventilation, propreté, lumière, chauffage, eau, nourriture, conditions sanitaires, perche/nichoir?

• Construction au-dessus du sol?

• Dimension minimale?

• À l’épreuve des rongeurs/fermé pour empêcher l’évasion?

• Poules libres dans la cour si clôturée, mais dans l’enclos le soir?

• Couvre-feu?

• Produits des poules pour consommation personnelle seulement?

« Ça pas besoin d’être compliqué », a dit M. Rhéaume. « On a juste à respecter le principe KISS – keep it simple, stupid. Pas besoin d’écrire un livre sur ça comme les autres municipalités ont fait. On peut garder quelque chose de bien simple. »

Il a dit avoir été choqué de voir que la municipalité voulait revenir sur sa décision d’octobre.

« J’étais même en tabar… »

M. Lemaire a commenté qu’il ne fallait pas que ça soit un « free for all », que les règlements devaient être bien encadrés.

« On a des problèmes de merde de chien », a dit le maire Roger Sigouin. « On va tu avoir des problèmes de merde de poule? »