TORONTO - Le Canada présentera des excuses formelles pour avoir refusé l’entrée à un navire de réfugiés juifs fuyant l’Allemagne nazie en 1939, un épisode ayant fait en sorte que plusieurs d’entre eux sont retournés en Europe et sont morts dans des camps de concentration, a affirmé mardi le premier ministre Justin Trudeau.

Dans un discours bien reçu lors d’une activité de financement sur un programme éducatif juif à Toronto, M. Trudeau a affirmé que la décision relativement au navire MS Saint Louis constituait un «chapitre honteux» de l’histoire collective canadienne.

«Ces excuses ne pourront pas ramener ceux dont la vie a été volée, ni réparer les vies brisées par cette tragédie. Cependant, nous avons la responsabilité commune de reconnaître cette réalité difficile, d’en tirer des leçons, et de continuer à nous dresser contre l’antisémitisme tous les jours. C’est ainsi que nous donnerons un sens au v?u solennel: «Plus jamais» », a déclaré le premier ministre.

Dans les moments ayant précédé la Deuxième Guerre mondiale et durant l’Holocauste, le gouvernement canadien a répondu au sentiment antisémite en restreignant sévèrement l’immigration juive. De 1933 à 1945, seulement environ 5000 réfugiés juifs ont été acceptés en raison de ce que M. Trudeau a qualifié de la «politique d’immigration discriminatoire «un, c’est encore trop» en vigueur à l’époque».

Le premier ministre a parlé du cas du MS Saint Louis comme de l’exemple le “plus flagrant” de cette politique malavisée.

Le MS Saint Louis transportait 907 Allemands juifs qui cherchaient un refuge pour échapper à la persécution. Le capitaine du navire, Gustav Schr?der, a tenté en vain de trouver des endroits où rester pour ses passagers. En plus de Cuba, les États-Unis ont aussi refusé l’entrée à ces réfugiés.