JOURNAL DU 21 JANVIER 2021 - En ces temps de pandémie, ne pouvant pas me rendre au Foyer des Pionniers pour interviewer Mme Charbonneau, j’ai donné une liste de questions à sa fille Julie pour m’aider avec son portrait. Merci Julie!

Mme Jeannine Charbonneau, née Hallé, a vu le jour à Lévis, Québec, le 27 mai 1925, la septième d’une famille de huit enfants, soit quatre garçons et quatre filles. Mgr Hallé, ancien évêque de Hearst, était le frère de son père. Jeannine a eu une enfance heureuse, en famille et avec les voisins. Leurs activités incluaient balle, cachette, saut à la corde, cueillette des petits fruits sauvages en été. Son père avait installé des balançoires à cordes dans le garage. En hiver, ils patinaient et jouaient dans la neige. La mère de Jeannine étant chapelière et couturière; elle donnait plusieurs vies aux vêtements et passait beaucoup de temps à la couture. À l’époque, les poches de farine de 100 livres venaient dans des sacs de coton blanc. Quand ils étaient vides, sa mère en faisait des taies d’oreiller.

Jeannine a travaillé deux ans à l’Hôpital St-François d’Assise à Québec où elle a suivi son cours d’infirmière. En novembre 1953, le Dr Louis Samson, qui était son cousin, sachant que Jeannine était infirmière diplômée, l’a contactée pour lui demander si elle serait intéressée à venir travailler à Hearst. L’hôpital s’appelait à l’époque « St-Paul’s Hospital ». Il contenait 60 lits et était situé où est l’hôtel de ville aujourd’hui. Il appartenait à une association missionnaire laïque anglaise. Les conditions étaient alléchantes : 170 $ par mois, nourrie, blanchie, et un mois de vacances payées après un an de travail. Elle et une de ses amies ont accepté. Elles sont arrivées le 30 janvier 1954 à 30 ° sous zéro, après 24 heures de train, pour commencer le travail le 1er février.

Le frère de Jeannine, Marcel Hallé, était déjà à Hearst. Il a organisé une rencontre au restaurant avec deux de ses amis. Jeannine a commencé à fréquenter l’un d’entre eux, Robert Charbonneau. Un an plus tard, soit le 31 janvier 1955, Jeannine épousait Robert à l’église de Lévis. Robert avait organisé leur voyage de noces à New York, afin d’aller voir son idole, Frank Sinatra, en concert. Étant sur place, ils ont appris que les Canadiens de Montréal affrontaient New York. Ils ont pu se procurer des billets. Lors de cette partie, Maurice Richard a compté cinq buts. En sortant de l’aréna, ils devaient attendre un taxi sous la pluie et Jeannine portait un manteau de castor. Elle s’en souvient encore!

Jeannine a eu quatre enfants : Simon, décédé en novembre 2017, Jean de Boucherville, Québec, Daniel de Fort McMurray, Alberta, et Julie de Hearst. Les garçons étaient sportifs et Julie aimait jouer avec Barbie et Ken. En passant, elle les a encore, mais ne joue plus avec, ah! ah! Jeannine est aussi grand-mère de cinq petits-enfants. Ses enfants ont fait leurs études à Hearst jusqu’à la 12e année. Par la suite, ils sont allés en dehors de la ville chercher une profession ou un métier afin de pouvoir gagner leur vie. Ils ont réussi et sont maintenant à la retraite.

Après ses deux ans à l’hôpital de Québec, Mme Charbonneau a travaillé dans le corps médical de l’armée à Québec pendant deux ans, puis 40 ans à l’Hôpital Notre-Dame de Hearst, de 1954 à 1994, à l’urgence et surveillante de soir.

Dans ses moments libres, elle a suivi des cours d’anglais, de natation, de tricot, de chant et de bridge. Elle aimait beaucoup jardiner et avait un grand jardin. Elle a également fait du bénévolat. Pendant 23 ans, Mme Charbonneau a fait partie de la chorale Notre-Dame. Elle servait les messes et faisait les lectures. Elle a pris soin des plantes de l’église pendant 14 ans. Mme Charbonneau dit avoir eu une vie bien remplie avec des hauts et des bas, comme tout le monde. Elle cite le proverbe « On fleurit où le Bon Dieu nous a plantés ».

Mme Charbonneau vit au Foyer des Pionniers depuis deux ans et demi et elle y trouve le personnel compétent, sympathique et très patient. Elle termine en disant que si elle a vécu une longue vie, c’est qu’elle a une bonne santé et n’a jamais fait d’excès. Longue vie, Mme Charbonneau…Screen Shot 2021-02-23 at 9.35.30 AM.png