Le ministre de l’Éducation Stephen Lecce a défendu jeudi le budget de son gouvernement, déposé la veille, après avoir été la cible des syndicats d’enseignement, furieux du peu de fonds réservés au système d’éducation de la province.

«Au moment où la province fait face à la troisième vague de la pandémie, le gouvernement Ford présente un budget où les dépenses en éducation ne correspondent pas à l’inflation et à l’augmentation du nombre d’élèves. De toute évidence, l’éducation n’est pas une priorité pour ce gouvernement», ont déploré dans un communiqué l’Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO), la Fédération des enseignantes et des enseignants de l’élémentaire de l’Ontario (FEEO), l’Ontario English Catholic Teachers’ Association (OECTA), la Fédération des enseignantes/enseignants des écoles secondaires de l’Ontario (OSSTF/FEESO) et le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP-Ontario).

Manqué à ses obligations

Selon les syndicats d’enseignement, le gouvernement Ford a manqué à ses obligations envers les élèves et les familles de l’Ontario. «Le gouvernement a ignoré des conseils d’experts médicaux, a refusé d’améliorer les mesures de sécurité et a fermé les yeux, alors que les exigences en matière d’auto-isolement et les inquiétudes liées à la sécurité ont mené à des pénuries de personnel sans précédent partout en province.»

En mêlée de presse jeudi, le ministre Lecce a défendu le peu de fonds qu’a réservé son gouvernement envers l’éducation en affirmant que des subventions scolaires seront bientôt bonifiées pour compenser les ravages causés par la pandémie en santé mentale et en réussite scolaire.

Pourtant, les syndicats d’enseignement jugent que les dépenses que prévoit le gouvernement ne correspondent pas à l’inflation. Par ailleurs, une grande partie des dépenses liées à la COVID-19 dans les écoles ne seront pas renouvelées.

Les syndicats ainsi que les partis d’opposition à Queen’s Park demandent notamment des classes moins remplies et des fonds pour contrôler la transmission du virus dans les écoles.

Un avenir pour l’enseignement à distance?

Questionné à savoir si l’enseignement en ligne est là pour rester en Ontario, le ministre de l’Éducation a fait savoir qu’il consulte les acteurs du milieu scolaire de la province.

Stephen Lecce a précisé qu’il souhaite offrir aux parents le «choix», et a ajouté que la décision sera dévoilée au cours des prochaines semaines.