La Corporation Hearst Wi-Fibe a remis un an de procès-verbaux au conseil municipal dans le cadre de la réunion du 13 mars dernier, ce qui a mené à plusieurs questions de la part du conseiller André Rhéaume.

Écoutez l’enregistrement audio de la réunion

« La haute technologie, tu l’as pas à Jogues »

Lors d’une réunion tenue le 28 septembre 2017, le conseil d’administration de Hearst Wi-Fibe a approuvé le déplacement de Tania Cossette, directrice générale de Hearst Wi-Fibe, pour une formation de quatre jours en télécommunication à Denver, au Colorado.

M. Rhéaume a demandé si Mme Cossette n’aurait pas pu suivre une formation plus près, comme à Toronto ou Montréal.

« C’est parce qu’on parle de haute technologie, ici,» lui a répondu le conseiller Daniel Lemaire, qui siège sur le conseil d’administration de Hearst Wi-Fibe. « Hearst Wi-Fibe, je sais pas si tu connais ça. Mais nous autres, on l’apprend, OK? Et la directrice est CPA [comptable professionnelle agréée]. Elle est pas une ingénieure en technologie. Mais pour comprendre ce qui se passe, on l’a envoyé en formation […] ».

M. Rhéaume a alors répété sa question.

« Ces conférences-là, ça se passe à Silicon Valley ou whatever», a répondu M. Lemaire. « La haute technologie tu l’as pas à Jogues ».

Relation entre Robert Proulx et Jessy Richard

M. Rhéaume s’est montré préoccupé par la relation entre le président de la Corporation et Jessy Richard, qui a un siège permanent sur le conseil d’administration de Hearst Wi-Fibe pour une période minimale de trois ans, sans droit de vote.

Lors d’une réunion tenue le 19 juillet 2017, Robert Proulx, président, n’a pas déclaré d’intérêt pécuniaire quant à l’allocation d’un siège permanent à M. Richard, beau-fils de M. Proulx et instigateur du projet.

« Un, il [M. Richard] n’est pas employé», a répondu M. Lemaire. « Deux, il est personne-ressource […] il vote pas sur rien. Il est là pour nous informer et il est là pour aider à faire avancer le projet. Je pourrais être ton beau-frère et être conseiller municipal et ça changerait rien, tu sais comme? Je sais pas c’est quoi tu cherches. Je sais pas où tu t’en vas avec ça. »

« C’est parce qu’on est élu ici», a répondu M. Rhéaume. « On est pas nommé. »

Connexion Internet comme rémunération

De plus, lors de la même réunion, chaque membre du conseil d’administration de Hearst Wi-Fibe s’était donné une connexion Internet sans-fil comme rémunération pour l’année 2017.

M. Lemaire a expliqué que l’intention était d’essayer le service avant de l’offrir aux clients et le conseiller Raymond Vermette, qui siège aussi sur le conseil d’administration de Hearst Wi-Fibe, a répondu que la résolution avait été refusée.

En fait, la résolution avait été adoptée, et appuyée par M. Vermette lui-même.

Ce n’est qu’un mois plus tard que les rémunérations ont été révisées pour enlever les con- nexions Internet.

« Ceci a été enlevé complètement, car certains des directeurs allaient pouvoir se brancher à la fibre optique prochainement, donc il n’était pas logique d’engendrer les couts associés à une connexion sans-fil pour une courte période », a expliqué Tania Cossette, directrice générale de Hearst Wi-Fibe.


Le maire accuse le conseiller Rhéaume d’essayer de faire paraitre le conseil comme des « niaiseux » qui veulent « trahir » la population


Le maire Roger Sigouin a accusé le conseiller André Rhéaume lors de la réunion du conseil municipal du mardi 13 mars dernier :

• d’essayer de faire « mal paraitre » le conseil;

• de « donner des outils à du monde » pour faire « mal paraitre » le conseil;

• d’essayer de faire paraitre comme si le conseil « trahissait » la population;

• d’essayer de faire paraitre comme si le conseil ne « sait pas quoi faire »;

• d’essayer de faire paraitre comme si le conseil « prenait avantage » pour « imposer » leurs familles à la Ville;

• d’essayer de faire paraitre comme si le conseil n’est pas là pour les « bonnes raisons »;

• d’essayer de faire paraitre comme si le conseil était « toute une gang de niaiseux »;

• d’essayer de faire paraitre comme si le conseil « veut pas travailler » pour la Ville;

• et de ne pas faire confiance aux conseils et à la Ville.

Les accusations ont été formulées à la suite de questions posées par M. Rhéaume concernant les procès-verbaux de la Corporation Hearst Wi-Fibe.

La Corporation a remis d’un coup au conseil municipal les procès-verbaux de 15 réunions tenues entre le 5 avril 2017 et le 12 janvier 2018.

En temps normal, les comités remettent les procès-verbaux après chaque réunion.