Le conseil municipal a refusé à 4 contre 1, lors de la réunion tenue le mardi 23 janvier dernier, la demande d’un couple de Hearst voulant louer le parc du lac Johnson pour la cérémonie et la réception de son mariage.

« Nous nous servirons d’une petite partie de la plage pour la cérémonie et nous aurions la réception sous le gazebo et une tente additionnelle », écrit le fiancé dans sa demande.

« Je comprends que c’est une propriété publique, donc nous nous assurerions que la cérémonie et la soirée ne limiteraient pas l’accès à la plage, au parc ou aux installations au public. Nous nous assurerions aussi que le parc, la plage et les installations seront bien nettoyés….»

Au début de la discussion, les conseillers André Rhéaume et Claude Gagnon étaient en accord pour laisser le couple faire la location de la plage. Le conseiller Conrad Morin a dit qu’il penchait aussi de ce côté, disant qu’il allait voter avec M. Rhéaume et M. Gagnon ou s’abstenir de voter.

« Je trouve qui n’avait rien là », dit M. Rhéaume. « C’est comme quand tu organises un festival. Les personnes doivent respecter les règlements. »

Le conseiller Daniel Lemaire a fait voir que la Ville ferait compétition au privé dans le domaine de la location de salle et qu’elle ne devrait pas fermer la plage pour un évènement privé puisque c’est un lieu public. Il a aussi souligné que la responsabilité de nettoyer la plage reviendrait à la municipalité. « On ouvre une porte à différentes opportunités », dit M. Lemaire. « Si on dit oui à un, faut dire oui à tout le monde. »

C’est alors que M. Gagnon et M. Morin ont choisi de voter contre la demande avec M. Lemaire et le conseiller Raymond Vermette. Le conseiller Gérard Proulx agissait comme maire remplaçant et ne pouvait donc pas voter.

Le couple en question n’a pas voulu faire de commentaire.

Dans une note de service distribuée au conseil, Guy Losier, directeur du groupe de travail de Parcs et loisirs, recommandait d’approuver la demande de location du parc.

Il suggèrerait de le faire au taux de location de 500 $ plus 200 $ de dépôt sécuritaire remboursable. La location aurait été permise sujette à ce que le locataire fournisse des preuves d’assurance de 2 millions de dollars avec la Ville, nommée sur le certificat comme assuré additionnel, et que des mesures de sécurité soient entreprises et respectées.

M. Losier souligne cependant que la politique municipale de la gestion de l’alcool interdit toute boisson alcoolisée au parc du lac Johnson et que la municipalité a une « pratique de longue date » de ne pas entrer en compétition avec les marchands locaux.

« Autoriser cette demande créerait un précédent et ouvrirait la porte pour recevoir d’autres demandes », dit-il dans la note.

« Par ailleurs, offrir un service de location de terrain pour le privé pourrait être source de revenus pour la municipalité. » Il dit que c’est la première fois qu’une telle demande est présentée.

« Je trouvais ça romantique », dit M. Rhéaume. « Faut être ouvert aux gens qui veulent faire ce genre de demande. »